Aux Iles de la Société

Lundi 8 juillet 7H30, nous quittons le mouillage de Rotoava pour atteindre la passe à l’étale de marée haute. Franchie sans difficulté avec un léger courant sortant. La traversée au bon plein, vent de 15 noeuds, nous amène à l’approche de Tahiti, mardi 9 juillet à la nuit tombée. Trop tard pour tenter la passe, nous mouillons donc derrière la pointe de Vénus vers 2H du matin. Nous rejoindrons le lendemain matin la toute récente marina de Papeete, où nous trouvons une place immédiatement.
En ville ! Nous n’avions pas vu une telle animation depuis près de trois mois…

Le marché de Papeete est superbe! Mais le dimanche matin, passé sept heures, il n’y a plus de cochon grillé ni de canard laqué…

Et nous arrivons pour les derniers jours des fêtes traditionnelles de l’Heiva.

Pas si traditionnelles en fait, puisque l’Heiva a reçu cette appellation en 1985 pour succéder aux fêtes de Tiurai, organisées depuis que Tahiti était devenue colonie française en 1880. Il est intéressant de se rappeler que Tahiti avait été privée de tout ce qui ressemblait aux chants, aux danses depuis 1819, pendant le règne des Pomare, sous l’influence des missionnaires britanniques qui avaient débarqué vingt ans plus tôt.
Courses de porteurs de fruits, jusqu’à 50 kg de régime de bananes pour les plus forts !
Chants et danses lors de spectacles où les troupes venues de toute la Polynésie se produisent sur une durée de trois semaines. Impressionnantes démonstrations de musique, de couleurs, de costumes «végétaux » et fleuris ! Les coquillages et plumes s’affichent également. 250 danseurs sur scène au rythme traditionnel des percussions. Un vrai régal.

Du 16 au 23 juillet nous profitons de vols directs depuis Papeete pour visiter Rapa Nui, l’île de Pâques (cf article).


La dernière semaine de juillet, consacrée à la remise en état de routine du bateau, est un peu perturbée par une grosse grippe (JY), eh oui ici c’est l’hiver !…


Arrivée de Guillaume, qui embarque pour un mois, accueilli avec un collier de fleurs de fleurs de tiare qui embaumera le bateau pendant une semaine. Et départ le mercredi 31 juillet pour une première étape à la marina Taina et un stage de plongée jusqu’au dimanche 4 août pour obtenir niveau 1 et niveau américain open water de plongée.


Le parcours commence lundi 5 août avec un mouillage à Moorea, derrière le récif de Vaipeu après la passe de Tareu. Nous y retrouvons Catafjord, croisé à Panama et à Nuku Hiva, avec Benjamin et Sophie et leurs trois jeunes enfants, Alice Loïse et Ambre. Jolis échanges avec cette famille attachante et pleine d’entrain.
Petite excursion en kayak près du motu Tiahura à la pointe Nord Ouest de Moorea, pour voir les requins et raies qui fréquentent un endroit précis, et pour cause… Les bateaux d’excursion s’y donnent rendez-vous et les organisateurs y jettent de la nourriture. Résultat garanti !


Mercredi 7 août, 16H30, départ vers les îles sous le vent. Nous atteignons Huahine le 8 à 8H après une belle traversée au portant, vent de 10 à 20 noeuds. Mouillage dans le lagon derrière le récif après la passe Avamoa. Plongée et randonnée subaquatique (c’est ainsi qu’on traduit snorkelling ?), Guillaume va explorer la passe. Le surlendemain, nous prenons une bouée juste devant le village de Faré (nos amis canadiens de Mjolnir, qui la libéraient, ont eu la gentillesse de nous la garder). C’est plus pratique pour faire des courses et visiter l’île, ce que nous faisons le lendemain à vélo. L’île est restée relativement préservée de l’envahissement des villages de vacances de luxe qui bordent les lagons, comme nous le verrons ensuite à Bora Bora par exemple. De nombreux marae (anciens lieux de culte) bordent les rivages.
Lundi 12 août, après un plein d’eau au ponton, nous quittons Huahine pour rejoindre Tahaa. Ces îles de la Société, notamment, sont configurées de la même façon : une île centrale volcanique entourée d’un lagon. Aux Marquises, de formation géologique plus jeune, il n’y a pas de lagons, et aux Tuamotu il n’y que des lagons sans île centrale. Et plus le lagon est étendu et les passes rares et étroites, plus les courants dans ces passes sont forts. Et quand la houle et le vent s’en mêlent, elles peuvent être impraticables.


Rien de cela à l’arrivée à Tahaa, la passe Tohaotu est confortable, à condition comme toujours de respecter les alignements. Nous sommes accueillis par un groupe d’une dizaine de petits dauphins. Et nous mouillons près du motu Mahaea à l’endroit où l’on passe du bleu profond à un merveilleux turquoise sans aller jusqu’aux zones trop vertes qui couvrent des fonds de moins de deux mètres. Il convient de bien viser les fonds de sable et se tenir autant que possible éloignés des patates de corail, au moins dans le rayon d’évitage. Avec cette eau limpide et le soleil encore haut, cela ne présente aucune difficulté.
Mercredi 14 août, une rage de dents (JY) qui nous oblige à aller accoster Uturoa sur l’île de Raiatea toute proche. Bon, il faudra revenir le 24 août pour finir le travail. Et nous rejoignons un autre mouillage à Tahaa derrière le motu Tau Tau. Randonnée aquatique dans le « jardin de corail ».
Bora Bora n’est pas loin et la matinée du jeudi 15 août nous suffit pour aller embouquer la passe Tevanui, la seule praticable pour entrer dans le lagon. Prise de bouée dans la baie de Faatahi. La petite incursion à terre est décevante et offre une image très éloignée des photos des agences de voyage… Bora Bora est victime de son succès et semble ne plus valoir que par les nombreux villages de vacances qui ont installé leurs paillotes sur le lagon. Mais il reste une zone assez préservée, au Sud Est, derrière la pointe Tupitipiti, et nous nous y rendons le lendemain en contournant l’île par le Nord. Les gros bateaux n’y ont pas accès car deux chicanes entre les coraux, étroites et peu profondes sélectionnent les petits bateaux avec peu de tirant d’eau. Laisser sur bâbord ou tribord la bonne bouée nécessite un peu d’attention ! A l’arrivée, émerveillement… Nous n’avions jamais vu un bleu aussi intense et lumineux, à tel point que les sternes qui survolent le lagon sont teintées turquoise.


Dimanche 18 août, nous profitons d’une fenêtre météo favorable, avec un vent de Nord Est, pour revenir confortablement sur Tahaa, où nous nous faufilons jusqu’au fond de la baie de Haamene. Il n’y a que deux bateaux au mouillage, manifestement peu fréquenté, sans doute à cause le la vase épaisse et tenace que remontent les chaînes et ancres au moment de partir…

Journée du mardi 20 août grise et pluvieuse, que nous mettons à profit pour déguster à la cantine du village, tenue par deux femmes, de délicieuses spécialités. Les enseignants du collège tout proche, réservent leurs gamelles les mardis et jeudis. Ensuite, nous entreprenons de rejoindre à pied la vallée de la vanille malgré les remarques des femmes de la cantine sur la longueur du chemin … et sous la pluie. Nous profitons de notre rencontre avec Heti Mana pour privatiser sa voiture et mettre fin au supplice de Guillaume qui par ailleurs est ravi car Heti s’y connait en chasse sous-marine et en dangerosité ou non des poissons du lagon.

Savez-vous que la fleur de vanille, éclose le matin, tombe le soir même si elle n’est pas pollinisée ? Et elle l’est par intervention humaine, faute de colibris et d’abeilles. La main pollinisatrice intervient chaque jour pendant la période de floraison à partir de 5 heures du matin. Nous repartons avec quelques gousses dans notre besace, la vanille est la deuxième épice la plus chère après le safran.
Nous redescendons le lendemain à l’Est de l’île de Raiatea, juste derrière le motu Taoru (interdit de débarquer, propriété privée) et à cent mètres de la passe. Quelle abondance de poissons ! Petits poissons de lagon de toutes les couleurs, requins, carangues, nasons, et même un napoléon. Guillaume ramène un poisson perroquet et un rouget, délicieux !

Jean-Yves, qui s’abstient de toute consommation de poissons de lagon – au moins il reste un valide sans ciguatera- n’a pas pu apprécier.
Samedi 24 août, après la séance de dentiste à Uturoa, nous pointons l’étrave sur Moorea, avec un vent faible mais bien orienté, qui nous lâchera dans la nuit (moteur…) pour revenir au petit matin.
A l’arrivée à proximité de Moorea, surprise ! Deux baleines à bosse à quelques encablures… Un ou deux bateaux sont déjà là pour les observer, rejoints bientôt par d’autres. Nous nous plaçons sur le trajectoire pour lâcher Guillaume à l’eau avant de nous écarter. A la troisième tentative, nous nous trouvons juste sur le chemin des baleines, à quelques mètres près. Nouveau lâcher de Guillaume, qui a ainsi pu nager pendant 10 minutes avec elles à moins de 3 mètres !
Mouillage à Moorea, cette fois derrière la passe Vaiare sur la face Est de l’île. L’eau est limpide et nous donne l’occasion d’entrevoir, outre les requins et raies habituelles, trois ou quatre superbes Platax qui rejoignent vite les profondeurs quand on s’en approche.

Retour à Papeete pour la fin du stage de plongée de Guillaume, juste avant son retour vers la France…. et la rentrée universitaire. Il repart quand même avec son collier de coquillages !

Et préparatifs de la prochaine étape, les Îles Cook.

3 commentaires sur “Aux Iles de la Société

Ajouter un commentaire

  1. De plus en plus beau…!
    Assez curieusement en ces temps de Brexit, le drapeau des Iles Cook assemble l’Union Jack à la couronne d’étoiles de l’Union européenne… Un signe pour « BoJo »..?
    Bises.
    JLC

    J'aime

  2. Coucou Maire Laure, nous regardons es photos avec Jacqueline. Hâte de rejoindre l’île de Huaniné d’ici quelques semaines. J’espère que nous aurons l’occasion d’en reparler à l’occasion et de partager nos photos. See you et bon vent à vous

    Ewan
    Bisous de Jacqueline

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :