Martinique et Guadeloupe

Départ du Marin le 10 février pour une courte navigation vers la petite anse d’Arlet. Le petit village présente côte à côte, la Mairie, l’Eglise et juste derrière la bibliothèque municipale Aimé Césaire.

Nous sommes dimanche, jour de fête. Un bonne vingtaine de garçons animent la place et même toute la baie au rythme de leurs percussions de factures diverses, du matériel professionnel, de la grosse caisse au tambourin. Le vrai spectacle : les trois danseurs, deux adolescentes et un jeune homme. Hypnotique !


A Saint-Pierre, où nous mouillons le lendemain, l’esprit du volcan pèse, plus de 100 ans après l’éruption de la Montagne Pelée qui fit près de 30 000 morts ; un seul survivant, un malheureux taulard sauvé par les murs de son cachot.

Quelques épaves calcinées par les projections dorment toujours dans les fonds de la baie. Les rues, sous la pluie d’orage, sentent encore la cendre.
La patronne de la droguerie – bazar, première adjointe de la commune, nous confie que les habitants vivent avec fatalisme et bonne humeur. Elle juge aussi que tout marche beaucoup moins bien depuis que la Martinique est en collectivité unique (depuis 2015, loi de 2011) : moins de dynamisme, plus de lourdeurs administratives. Etonnant, non ?
Mercredi 13 février, passage du canal Martinique – Dominique avec escale de nuit à Portsmouth.
Jeudi 14 février, Saint Valentin, navigation vers Saint-François en Guadeloupe. Grand bord au largue en rasant Marie-Galante. Attention à ne pas confondre les deux bouées rouges qui délimite la passage étroite entre les coraux pour se mettre à l’abri dans le lagon et les parasols pimpants plantés sur la plage derrière la barrière de corail…. On ne vous dévoilera pas qui des deux étaient à la barre !
Olivier, Aline et leurs enfants Swan et Lou nous accueillent. Ils nous prêtent des vélos. Ballade à la Pointe des châteaux le samedi pour encourager les trailers. Aline arrive 2ème sur le parcours long de 27 km. Bravo ! Le dimanche, journée à Port louis, spot de surf, plage et mangrove.


Tournée d’achats le vendredi avant d’accueillir Solène et Damien à l’aéroport. Impressionnante zone commerciale le long de la nationale, toute l’activité est là et semble disproportionnée à la ville de Pointe à Pitre, 15 000 habitants.
Samedi matin et dimanche matin séance de surfski avec Olivier (mais sans Jean-Yves). Excellente préparation pour Solène inscrite à la Dordogne intégrale – 350 km en kayak !
Puis départ vers Marie-Galante pour le merveilleux mouillage dans l’anse Canot. On en oublierait le roulis dû à la houle de nord-est. Le lendemain, nous mouillons devant Saint-Louis pour visiter la distillerie historique du Père Labat, la première installée dans l’île où a parait-il été inventé le ti-punch au lendemain de l’abolition de l’esclavage (1848). Dégustation matinale : c’est raide!


Mardi 26 février, départ vers les Saintes en vent arrière.

Après une première nuit agitée à la bouée devant Grand-Bourg, nous partons en chasse d’un mouillage plus calme derrière l’Ilet à Cabrit. Et par chance une bouée se libère à notre arrivée. Baignade, masques et palmes, kayak Gumotex tout autour de la baie pendant deux jours et surtout observation des pélicans et vie sous-marine.

Des chirurgiens bleus…
Un sergent major solitaire…
et les barbarins blancs


Vendredi 1er mars, direction Pointe-à-Pitre. Belle navigation au près, bon plein, et nous avons le bonheur de retrouver sur le même ponton Jean-Marie et Mimi, nos amis ch’tis avec qui nous dînons et découvrons le « ty-punch » breton dans une très bonne crêperie : Rhum + hydromel : mélange détonnant qui rend fou !
Samedi 2 février, randonnée à la Soufrière. Nous avons eu la chance d’apercevoir le cratère.

La journée se termine par la mini randonnée des chutes de Carbet.


Dimanche matin, visite du Mémorial Act, musée consacré à l’esclavage et son abolition remarquable tant dans son architecture que sa muséographie.

L’émotion est palpable chez de nombreux visiteurs. Le petit colombo de poulet qui a suivi, dégusté dans un petit restaurant, place de la gare routière, était somptueux et vraiment pas cher. Et …. retour en avion de Solène et Damien vers la métropole. Semaine vraiment intense et beaucoup trop courte.
Avant le départ de Guadeloupe prévu le mardi 5 mars, sortie d’eau d’Elusive Butterfly lundi 4 mars pour vérification de routine de la coque et décapage de l’hélice qui attire les petits coquillages … et détection d’une dégradation du joint hydrolube qui maintient l’axe de l’hélice dans son support. A surveiller.
Prochaine étape : les îles Vierges Britanniques

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :